Les p'tites vites techniques

Voici quelques petites chroniques couvrant certains éléments clés au niveau de l'équipement de mtb. L'idée ici, est simplement de partager ce que j'ai appris au fil des ans et expliquer ce qui fait du sens pour moi. (Les textes apparaissent du plus récent au plus vieux.)

  3. Ton bike te parles! (1ère partie)

Le monde du vélo de montagne est de plus en plus complexe et on peut argumenter longtemps sur toutes sortes de concepts et de théories sans trop savoir qui a raison… D’autant plus qu’il y a tellement d’utilisations et de modèles différents que tout le monde pourrait avoir raison selon le contexte. MAIS, il y a une information qui ne trompe pas : l’usure/état de votre vélo! 

C’est un feedback direct qui indique clairement ce qui devrait être révisé dans vos habitudes d’entretien, de set up et même de technique. 

Alors je vais vous présenter quelques éléments qui ne mentent pas :

Les freins (à disques) : 

 Normalement, vous ne devriez pas changer vos plaquettes arrière plus souvent que les plaquettes avant. Pourquoi? Parce que 80% de la puissance de freinage vient du devant, qui devrait s’user plus vite que l’arrière, comme pour une voiture. Si ce n’est pas le cas, il faut probablement réviser sa technique de freinage. (Désolé!)

 Des freins qui sont bruyants ont besoin de nettoyage car il y a eu contamination ou surchauffe. La contamination se fait graduellement avec l’usage alors il est normal d’avoir à nettoyer ses plaquettes et disques assez régulièrement. Si c’est seulement le frein arrière qui crie, c’est peut-être tout simplement à cause de la façon de laver le vélo… Il faut éviter d’arroser la cassette de côté car le jet d’eau peut facilement projeter des particules d’huile à chaine sur le disque. C’est mieux d’arroser la cassette sur le dessus et la faire tourner lentement. (Aussi vrai pour la chaine)

 Si les freins sont bien nettoyés et qu’ils se mettent à crier vers la fin de chaque grosse sortie, il y a plusieurs raisons possibles : - Un type de plaquette inapproprié (métallique versus organique) – Un disque trop petit (surchauffe) – Une mauvaise technique de freinage qui créé aussi de la surchauffe (Désolé!)

 La surchauffe régulière va aussi se manifester par le besoin de changer l’huile des freins (bleeder) plus souvent que la normale (Environ une fois par bonne saison ou moins pour certaines marques). Lorsque la manette devient spongieuse, s’enfonce au guidon et qu’il y a perte de puissance, il faut changer l’huile.

 Lorsque les plaquettes ne s’usent pas également de chaque côté, ça peut être un autre symptôme de surchauffe, d’une mauvaise installation de l’étrier ou d’un entretien négligeant. Soit que le disque n’est pas bien centré, ou un piston est coincé et a besoin de lubrification.

Voici une vidéo qui explique comment faire l'entretien de base : Entretien freins vtt


 Prochain texte : La transmission (drivetrain)

   
2. Le GUIDON :

Ça semble simple, mais il y a plusieurs paramètres à considérer... Le matériel (carbon ou alu), la largeur, le diamètre à la potence, l'élévation (rise) et l'angulation (back sweep). Et tout ça avec la bonne couleur bien sûr ;-)

Un guidon de carbon n'est pas nécessairement supérieur à alu, comme pour les cadres; un bon alu est mieux qu'un mauvais carbon! Ici c'est surtout une question de feeling, de budget et parfois de certaines particularités notables comme une construction anti-vibration.

Ils sont généralement vendus à une longueur de 800mm, mais il ne faut surtout pas avoir peur de le couper. Un guidon plus large favorise la bonne position de base (coudes fléchis pointant vers l'extérieur), mais il faut aussi respecter le physionomie du rider. C'est la largeur des épaules qui détermine essentiellement la largeur optimale du guidon... Trop large amène un transfert de poids exagéré vers le devant et créé un affaiblissement car les groupes musculaires les plus forts pour tirer et pousser ne seront plus autant sollicités qu'avec la bonne largeur.

Le diamètre est plutôt une question de standard qui change constamment... Supposément qu'un le nouveau 35mm ça permet d'avoir un guidon plus rigide et plus léger. Juste ne pas oublier de vérifier si il est compatible avec votre potence.

Un rise plus élevé (35mm) favorise une position plus redressée, donc le meilleur choix pour un vélo axé descente. Il permet aussi d'aller chercher la bonne hauteur sans avoir à mettre plein de spacers sous la potence. Lorsqu'on monte la potence, on se trouve à reculer le guidon car ça suit l'angle de direction. Par exemple, sur mon nouveau cadre, je dois prendre un guidon rise 35 et aucun spacers car le reach est un peu court et je veux recréer ma bonne hauteur sans me sentir coincé.

Le back sweep est un détail important pour l'ergonomie. Si votre positionnement sur le vélo est optimisé et vous n'arrivez pas à être confortable au niveau des bras/mains, il y a de fortes chances pour que le back sweep de ce guidon n'est pas adéquat. Après plusieurs essais, c'est maintenant clair pour moi que ça prend un 8 degrés.

Et comme si ce n'était pas déjà assez compliqué, il faut aussi lui donner le bon angle lorsqu'on l'installe car la rotation vers l'avant ou l'arrière affecte significativement l'ergonomie. Normalement il y a des inscriptions qui montre la plage de rotation possible, mais elle est quand même vaste.

Il faut prendre le temps de faire des ajustements pour trouver le sweet spot. Un guidon parfaitement positionné fait une grande différence!

Voici deux vidéos qui expliquent bien comment choisir son guidon: 

https://www.youtube.com/watch?v=HSD7AkY4Ycc

https://www.youtube.com/watch?v=xMXlKED32uo


  1. Attention les boys!!

J'ai vu un vélo qui m'a donné envie d'écrire quelque chose parce que je suis convaincu que le gars va éventuellement avoir des problèmes de santé s'il roule beaucoup. Je ne peux pas m'empêcher de porter attention aux vélos que je vois, au positionnement des gens et à toutes sortes de détails... Il y en a un que je remarque souvent parce que très important et trop souvent pas correct: l'angle de la selle. Pourquoi c'est important, surtout pour les hommes? Parce que lorsque le nez de la selle pointe vers le haut (angle positif), ça créé une pression au niveau de la prostate qui mène souvent à des difficultés érectiles (Très fréquente chez ceux qui font beaucoup de route apparemment!), sang dans l'urine et inflammation de la prostate. Est-ce que ça peut aussi occasionner des problèmes aux filles? J'imagine que oui, mais je ne sais pas vraiment... Indirectement, c'est certain qu'il y a quand même un impact pour les conjointes ;-)

Alors qu'est-ce qu'on fait avec ça? Premièrement, ne pas prendre un vélo de DH comme référence pour dire que c'est correct d'avoir une selle qui pointe vers le haut car c'est une utilisation complètement différente. Maintenant placer votre vélo sur une surface plane dont vous avez vérifié le niveau, trouver quelque chose de droit à déposer sur la selle et mettez un niveau dessus pour voir qu'est-ce que ça dit...

Idéalement, il faut avoir -1 à -3 degrés, selon la forme de la selle. Alors la bulle doit être un peu décentrée vers l'arrière du vélo (voir photo)Si ce n'est pas le cas, il faut ajuster en relâchant la vis arrière avant de serrer celle du devant.

Attention de ne pas exagérer pour avoir l'impression de glisser vers l'avant non plus.

En prime, quand vient le temps de grimper quelque chose de très abrupte, vous aller pouvoir confortablement avancer sur le nez de la selle pour garder votre poids bien au centre. Ce qui permet d'avoir la roue avant collée au sol et ne pas perdre sa traction à l'arrière.

L'angle de la selle est un détail auquel peu de gens portent attention, mais d'une grande importance!